Calendrier 2022

BRIAN
WILLSHER
SCULPTURES
1966 - 2007

CALENDRIER 2022

L'EXPOSITION AURA LIEU À WIGMORE STREET, LONDON W1
16 OCTOBRE - 06 NOVEMBRE 2021

Hommage à Brian Willsher, sculpteur britannique du milieu du XXème siècle, L’exposition sera la première à mettre en lumière la collection privée des œuvres.

Douze sculptures en bois de Brian Willsher composeront le calendrier 2022 de Margaret Howell. Les sculptures sélectionnées pour ce calendrier sont une fidèle représentation des formes fluides qui ont fait la renommée de Brian Willsher. Avec leurs courbes de grande envergure, leurs anneaux concentriques et leur géométrie, elles ont toutes développé une patine particulière au fil du temps. Elles sont élégantes et impressionnantes sous chaque angle ; capturant la lumière et l’ombre, elles nous questionnent et nous font maîtres de l’interprétation des formes de la manière qui nous plaît.

C'est la relation au bois de Brian Willsher qui m’a amenée à aimer son travail. On perçoit immédiatement dans ses sculptures la maîtrise et le plaisir de travailler son matériau de prédilection.

MARGARET HOWELL

L’artiste britannique Brian Willsher n’avait jamais anticipé sa brillante carrière de sculpteur. Né en 1930, il suit des études d’ingénieur à Woolwich Polytechnic, et s’essaya à plusieurs métiers avant de se former comme technicien dentaire. Passionné de moto, il est victime d’un grave accident lors d’une course en 1953 au circuit de Brands Hatch, ayant pour conséquence une longue période de convalescence. Blessé et immobilisé, il commence à expérimenter avec du plâtre, et passe six mois à réaliser de petits objets décoratifs et des figurines d’animaux qu’il vend pour une somme symbolique.

Une escapade en camping à Guernsey à la fin des années 50 modifie la perception de Brian, qui à son retour à Londres, prend la décision de démissionner pour s’atteler à la fabrication de saladiers en bois sculptés à la main. Les ventes ne décollant pas, le directeur d’un magasin lui suggère de fabriquer plutôt des bases de lampes en bois. Willsher s’empare de cette idée avec enthousiasme, et en quelques mois, ses créations se vendent rapidement à Heal’s, Liberty et Harrods.

C’est à l’occasion d’une exposition en solo au grand magasin Heal’s en 1966 que le travail de Willsher passe d’objets fonctionnels domestiques à des formes sculpturales complexes. Il remplit l’espace de 150 sculptures de différentes tailles, et en vend 147 dans les deux premières semaines. Il récupère les 3 restantes pour sa collection personnelle. Quand on lui demande de décrire le principe derrière ses œuvres, Brian Willsher explique timidement « il s’agit juste de gribouiller – avec du bois ».

Les critiques d’art et les galeristes à travers le monde considèrent Willsher comme la nouvelle voix incontournable de la sculpture Britannique – des louanges qu’il a du mal à accepter. De nature pragmatique, il goûte peu aux éloges, s’estimant faire partie de l’industrie artisanale. Fuyant les projecteurs, il s’inscrit en outsider lorsqu’il vend une sculpture monumentale présentée à la Royal Academy au prix dérisoire de 50 livres sterling. Son sens de l’humour a pu en décontenancer certains, mais il compte parmi ses admirateurs les plus fidèles le sculpteur Henry Moore et l’auteur Bill Hopkins. L’historien et critique d’art Sir Herbert Read le décrit comme « Un maître de l’énigme. Son art propose des croyances en la beauté sans précédent. »

Les bénéfices de la vente de ce calendrier seront versés à OPEN CITY.

L’introduction de notre calendrier 2022 se réfère à tort au sculpteur du 20ème siècle Henry Moore en tant que « Sir Henry Moore », or l’artiste a refusé ce titre honorifique en 1950. Pour en savoir plus sur Henry Moore et son œuvre : HENRY MOORE FOUNDATION